Au service des dirigeants des TI
en enseignement supérieur du Canada

CUCCIO est fier d’aider la communauté des professionnels des TI dans l’enseignement supérieur au Canada à nouer des liens.

news

Western University
frame pjf

Archives des nouvelles

Atteindre de nouveaux professionnels des TI de l’enseignement supérieur grâce au succès du colloque

La 12e édition annuelle du colloque CANHEIT s’est tenue au début du mois à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UIPE) à Charlottetown et a rassemblé, pour cinq jours de réseautage, de présentations et... de dégustation de fruits de mer, plus de 360 professionnels des TI du secteur de l’éducation supérieure en provenance de l’ensemble du pays.

Blair Vessey, directeur des systèmes et des services de technologies de l’information à l’UIPE, accueillait CANHEIT 2014.

« Nous sommes une petite université, une petite ville et une petite province, c’est pourquoi nous souhaitions réellement donner à ce colloque une couleur locale typiquement maritime avec d’authentiques expériences prince-édouardiennes et beaucoup d’humour, déclare Blair. Cela dit, la réussite d’un colloque tient essentiellement au programme, à la qualité des intervenants principaux et à une organisation matérielle sans faille. À cet égard, je ne crois pas que les choses auraient pu mieux se passer. »

L’accueil de 360 collègues pendant cinq jours constitue une tâche de très grande ampleur pour n’importe quelle université et a fortiori pour un établissement de taille réduite. Blair a indiqué que lui et son équipe avaient, en permanence, bénéficié d’un certain nombre d’appuis sur place.

« On a su qu’on hébergerait le colloque trois ou quatre ans à l’avance, mais le travail n’a réellement sérieusement commencé qu’il y a une vingtaine de mois, précise-t-il. On a pris contact avec l’Université d’Ottawa, qui organisait le colloque 2013, et on leur a demandé de participer au comité de planification en tant qu’observateurs intéressés. La DG du CUCCIO, Lori MacMullen, nous a également fourni une aide considérable et cruciale en assurant la continuité d’une année sur l’autre. »

Tamara Adizes est l’agente des communications du portefeuille des STI à l’Université de Toronto. Elle travaille au bureau du DPI et assure la responsabilité de l’élaboration et de la mise en œuvre de plans de communication intégrés pour le portefeuille du DPI et pour ses différentes divisions.

Tamara donnait, pour la première fois, une présentation à CANHEIT 2014; elle s’intitulait : K.I.S.S. Your Users: Increase Service Utilization with Simple Information.

« À CANHEIT 2014, j’ai réalisé que tous les portefeuilles TI des établissements d’éducation supérieure étaient avides de communication et de collaboration, a déclaré Tamara. De plus, j’ai toujours eu l’impression qu’il s’agissait d’un colloque très technique et que les initiatives de communication ne s’intégraient pas parfaitement au programme. J’ai été agréablement surprise de découvrir un programme aussi diversifié portant sur toute la gamme des sujets relatifs aux TI dans l’éducation supérieure, notamment sur les communications. CANHEIT offre aux participants une expérience exhaustive pouvant être extrêmement bénéfique à tous ceux qui œuvrent dans l’éducation supérieure, y compris dans des fonctions extérieures aux TI. »

Pour Blair, il y a de nombreux avantages à accueillir un tel colloque.

« Tout d’abord, il s’agit d’une occasion de montrer son campus, de présenter son personnel et de faire découvrir son environnement, c’est-à-dire, l’île, de quoi mettre le moral de tous au beau fixe, explique-t-il. Sur le plan pratique, on ne peut pas se permettre d’envoyer tout le personnel à CANHEIT; le fait que la conférence se soit déroulée sur notre campus représentait donc un avantage notable aussi bien du point de vue financier que du réseautage. »

À l’image de l’expérience de Tamara lors du colloque, la diversité du programme et l’esprit de collaboration qui régnait à CANHEIT cette année-là ont impressionné Blair.

« Pour moi, CANHEIT est un événement annuel essentiel, indique-t-il, parce que ce colloque accueille des participants de tout le pays et de tous les niveaux depuis le personnel de première ligne jusqu’aux DPI. Le contenu est varié et offert par des gens qui ont effectivement fait telle ou telle chose à tel ou tel endroit. Des personnes qui sont également extrêmement honnêtes et qui n’hésitent pas à préciser ce qui n’a pas marché, permettant à tous de tirer des enseignements encore plus précieux de leurs expériences. »

Blair a tiré de cette manifestation une autre leçon enrichissante : une grande partie du succès du colloque provient du fait que les organisateurs ne se prennent pas trop au sérieux.

« Le lundi soir, on a fait l’expérience d’un souper de homard au Fisherman’s Wharf où chacun devait porter un couvre-chef façon homard muni de pinces, raconte-t-il en riant. Et nous avons eu la chance que PEI Brewing accueille notre cérémonie d’ouverture. Avec de la bière, on est sûr de ne pas se tromper! Le mot d’ordre était : détendez-vous, amusez-vous, mangez à satiété et profitez pleinement du colloque! »